Diese Titel interessierten Sie bereits:

Caradja, Janko Fürst von ; Gentz
Von Janko Fürst von Caradja, Bukarest, 8. November 1817, HHStA, Wien. Staatskanzlei, Interiora, Karton 95, Faszikel "1817: Hudelist, Caradja", Bl. 8-9 1817

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id903
Briefaussteller
Mashup mit Wikipedia  
Caradja, Janko Fürst von
Briefempfänger
Gentz
AusstellungsortBukarest
Datum8. November 1817
Handschriftl. ÜberlieferungHHStA, Wien. Staatskanzlei, Interiora, Karton 95, Faszikel "1817: Hudelist, Caradja", Bl. 8-9
Format/Umfang2 ¾ Seiten von unbekannter Schreiberhand
IncipitJ'ai eu le plaisir de recevoir
BrieftypBriefe an Gentz
Digitalisat: TextVon Janko Fürst von Caradja Bukarest, 8. November 1817 Interzept Bukarest le 8 Nov: 1817. P a r l a C h a n c e l l e r i e d' E t a t J'ai eu le plaisir de recevoir les Depêches du 16. du mois passé et je Vous rémercie infiniment pour toutes les notions que Vous m'y donnez. En vous annonçant la reception de ces Depêches, je crois nécessaire de Vous communiquer aussi, qu'ayant fait mon rapport à Sa Majesté l'Empereur mon Auguste Maitre de l'accueil gracieux, que Sa Majesté l'Empereur et Roi a daigné faire à mon beau-fils Monsieur d'Argiropulo, et des explications et dispositions amicales, que Sa Majesté a manifestées dans son entretien, j'ai reçu l'ordre formel d'en faire des remercimens de la part de mon Auguste Maître, et toutes sortes de Protestations et d'assurances d'amitié et de bonne intelligence. Comme il Vous sera possible de voir dans la Lettre, que j'ecris à Son Altesse Monseigneur le Prince de Metternich, qui contient fidelement toutes les oppressions de l'Ordre formel de mon Souverain. A cette Lettre, je suis flatté, que Son Altesse Le Prince voudra bien // répondre; mais comme je dois envoyer la meme Lettre du Prince accompagnée de sa traduction directement à Sa Majesté Imperiale mon gracieux Maitre; - j'eusse désiré que cette reponse eut contenue aussi les idées suivantes, c'est à dire quelques Louages pour le Caractère de mon Souverain, et qu'il a des qualités qui le mettent au dessûs de ses Prédécesseurs; que je jouis à juste titre de sa bienveillance et de sa Confiance, puisque dans l'espace de ma destination à la Principauté de la Vallachie, j'ai servi er sers l'Empire Ottoman avec plus de zêle, de droiture et de fidelité, que mes prédecesseurs, et que la Confiance que Sa Majesté mon Auguste Maitre m'a accordée, est encore une preuve de sa perspicacité du Talent, qu'il a, à choisir ses Confidens, ainsi que de Sa justice, en recompensant leurs services; que Sa Majesté L'Empereur et Roi veut bien me regarder comme un organe utile non seulement à conserver, mais encore à augmenter la bonne intelligence et la vraie amitié entre les deux Empires. // Je suis flatté, mon cher Monsieur de Gentz, que l'amitié que Son Altesse le Prince de Metternich veut bien avoir pour moi, secondée par Vos bons offices, ne trouvera des difficultés pour ajouter au Contenu de la réponse les idées designées ci-dessus; bien sûr, que Son Altesse m'obligera infiniment, et ajoutera par là un bienfait à toutes les graces, dont je lui suis redevable. Je ne doute aussi nullement, mon cher ami, que Vous me mettiez vos efforts pour obtenir cette Complaisance de Son Altesse Monseigneur le Prince, que je serai obligé de reconnoitre comme une preuve ostensible de son amitié pour moi. H: HHStA, Wien. Staatskanzlei, Interiora, Karton 95, Fasz.: "1817: Hudelist, Caradja", Bl. 8-9. x Bl., F: ; 2 ¾ Seiten von unbekannter Schreiberhand. D: bisher ungedruckt.