These titles were already interesting to you:

Gentz ; Pelser, Bernard von
An Bernard von Pelser, Dresden, 13. Juni 1806, Wienbibliothek im Rathaus, Wien. Handschriftensammlung, Inv.-Nr. 6592 1806

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id841
Issuer of letter
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Addressee of letter
Pelser, Bernard von
LocationDresden
Date13. Juni 1806
Handwritten recordWienbibliothek im Rathaus, Wien. Handschriftensammlung, Inv.-Nr. 6592
Size/Extent of item2 Bl., 3 eighd. beschr. Seiten
IncipitPar une de ces fatalités
Type of letterBriefe von Gentz
Digital item: TextAn Bernard von Pelser Dresden, 13. Juni 1806 Dresde Ce 13 Juin 1806. Par une de ces fatalités, qui confondent les projets des hommes, et les désolent jusqu'au désespoir, la lettre aussi importante que précieuse que Vous m'avez écrite au Mois d'Octobre de l'année passée, ne m'est arrivée que l e 8 d u m o i s c o u r a n t. Kraus, ayant appris à Hambourg ce qui se passoit alors du côtè de Vienne, [xxx] avoit cru ne pouvoir oser la porter avec lui. Il l'avoit confiée, comme un dépôt sacré à Monsieur T h o r n t o n à Hambourg. Celui-ci, en bon Anglois, a oublié ce dépot. Ce n'est que lorsque Monsieur J a c k s o n est arrivé à Hambourg, et que, pour me ménager un canal de correspondance, il a invité Monsieur T h o r n t o n à se mettre en relation avec moi, ce n'est qu'alors, que ce dernier s'est rappelé la commission dont il ne s'étoit pas encore acquitté. Un courier Anglois, [de] retournant à Vienne, m'a donc apporté le 8 de ce mois, Votre lettre, accompagnée d'une longue épitre d'excuses de la part de // Monsieur Thornton. - Je Vous écris ceci par un autre courier, qui ne s'arrête qu'une demi-heure à D r e s d e. Ainsi je suis réduit à Vous dire en peu de mots, que j'ai lu et relu Votre lettre avec toute l'attention extrême qu'elle mérite, que, malgré les changemens qui se sont faits depuis, la plus grande partie de son contenu, m'a encore intéressé au-dessus de tout ce que je puis Vous exprimer, que j'ai senti en-même tems, quelle preuve Vous me donniez par-là de Votre confiance et de Votre amitié. Tout le reste sera l'objet d'une lettre bien autrement-étendue que je Vous écrirai par la premiere occasion sure. C'est alors aussi que je Vous expliquerai, pourquoi je ne suis pas encore retourné à Vienne, // et pourquoi, selon toutes les apparences, je n'y retournerai pas de si-tôt. - En attendant voici un des mes derniers ouvrages, j'espère que Vous le lirez avec quelque intérèt. Pour me rassurer, écrivez-moi le plutôt possible, un mot, [xxx] qui m'annonce, que du-moins ce paquet-ci Vous est arrivé; car après un malheur comme celui qui a eu lieu relativement à Votre lettre, il est permis de se livrer à toutes les inquiétudes. Ce qui peut encore Vous consoler un peu, c'est que Votre lettre n'est sortie des mains de Monsieur Thornton qui paroit ne l'avoir que t r o p bien enfermée, que pour passer entre les miennes. Adieu, cher et excellent ami, il ne me reste plus un momentGentz. H: Wiener Stadt- und Landesbibliothek, Wien. Handschriftensammlung, Inv.-Nr. 6592. 2 Bl., F: ; 3 eighd. beschr. Seiten. D: bisher ungedruckt.