Diese Titel interessierten Sie bereits:

Gentz ; Esterházy von Galántha, Nikolaus Fürst
An Nikolaus Fürst Esterházy von Galántha, Wien, 22. Dezember 1829, Ungarisches Staatsarchiv, Budapest. FA Esterhazy, P 136, Bl. [?] 1829

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id5003
Briefaussteller
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Briefempfänger
Esterházy von Galántha, Nikolaus Fürst
AusstellungsortWien
Datum22. Dezember 1829
Handschriftl. ÜberlieferungUngarisches Staatsarchiv, Budapest. FA Esterhazy, P 136, Bl. [?]
Format/Umfang3 ½ eighd. beschr. Seiten
IncipitJ'ai mis hier sous les yeux
BrieftypBriefe von Gentz
Digitalisat: TextAn Nikolaus Fürst Esterházy von Galántha Wien, 22. Dezember 1829 Monseigneur ! J'ai mis hier sous les yeux du Prince de Metternich la lettre du Capitaine Bauer. Le Prince s'est très-bien rappelé les différentes promesses faites à ce brave homme, tant par l'Empereur que par lui; Il a rendu une entière justice aux mérites et aux services de Monsieur Bauer, et il m'a dit, qu'Il étoit prêt à seconder toute démarche relative à son avancement, pourvû que Votre Altesse voulut bien en faire de sa part auprès du // Prince de Hohenzollern. Comme il m'a chargé de Vous transmettre cette reponse, Monseigneur, je crois que Votre Altesse seroit autorisée à en faire usage auprès du Président du Conseil de guerre, lequel pourroit ensuite se concerter avec le Prince de Metternich sur la forme dans laquelle on feroit la proposition à Sa Majesté. Permettez, Monseigneur, que je saisisse cette occasion pour revenir sur un objet, qui pèse sur ma conscience: Je viens d'apprendre (par Leiden) // que l'homme, dont il a été question Dimanche, se croit menacé du danger de perdre sa place pour en avoir ambitionné une autre, qu'il n'obtiendra probablement jamais. Je me ferois les plus sévères reproches, si, sans aucune mauvaise intention, j'avois pu être la cause d'un aussi grand malheur arrivant à un homme, que je ne connois pas même de vue, mais dont j'ai toujours entendu dire du bien. J'ose donc en appeler à la générosité de Votre Altesse, et même à Sa bienveillance pour moi, La priant sur-tout instamment // de ne pas citer mon nom dans les explications qui pourroient avoir lieu par rapport à cet imprudent projet. Veuillez agréer, Monseigneur, les respectueux hommages de Votre fidèle serviteur Ce Mardi 22 Decembre. Gentz. Präsenzvermerk von der Hand Esterhazys: praes. le 22. Decbre 1829. H: Ungarisches Staatsarchiv, Budapest. FA Esterhazy, P 136, x Bl., F: ; 3 ½ eighd. beschr. Seiten. D: bisher ungedruckt.