These titles were already interesting to you:

Gentz ; Paget, Arthur
An Arthur Paget, Wien, 3. Dezember 1803, British Library, London. Manuscripts Department, Add. 48401 A, Bl. 34-34v 1803

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id4745
Issuer of letter
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Addressee of letter
Paget, Arthur
LocationWien
Date3. Dezember 1803
Handwritten recordBritish Library, London. Manuscripts Department, Add. 48401 A, Bl. 34-34v
Size/Extent of item2 eighd. beschr. Seiten
IncipitJ'ai reçu, cher et excellent
Type of letterBriefe von Gentz
Digital item: TextAn Arthur Paget Wien, 3. Dezember 1803 J'ai reçu, cher et excellent Monsieur Paget, la lettre hélas, trop courte, dont Vous avez bien voulu me gratifier en date du 11 Novembre. Je voudrois bien savoir, si les miennes Vous sont toutes parvenues. Vous m'avez accusé celle du 9 Septembre, et du 6 Octobre; mais je Vous ai encore écrit le 21 et le 28 du même mois; pour ne pas parler de celle du 25 Novembre que j'ai donnée à un Courier de Stahremberg. Si Vous êtes réellement parti à la fin de Novembre, Vous n'avez plus pu recevoir cette dernière; et je n'ai guères le courage de Vous écrire aujourd'hui puisque je n'ai pas le droit de supposer que ma lettre puisse Vous rencontrer. Au reste je n'ai jamais été dans une incertitude pareille à celle qui règne sur l'époque de Votre retour. Autant de personnes, qui prétendent en savoir quelque chose, autant d'opinions différentes; cependant, malgré led doutes qui me restent, je ne puis que m'en tenir à ce que Vous me dites Vous-même; et ainsi, en donnant à Votre dernière lettre toute la latitude d'interprétation possible, je ferois toujours mal, de m'embarquer aujourd'hui dans une lettre étendue. Je ne Vous parlerai donc point de notre ridicule guerre contre la Bavière, ni de ce qui se passe en Russie, où tout va à merveille depuis quelque zems, à un s e u l p o i n t p r è s. Celui-ci, il faut que je Vous en parle; il est malheureusement presque-décidé, que nous perdons Rasoumoffski. Sa défaveur à Petersbourg est si grande, et ses ennemis sont si nombreux, que tout ce qu'il peut se promettre encore, est de revenir à Vienne, pour d o n n e r d' i c i sa démission. Mais il est plus probable, qu'il nous arrivera E x de toutes les manières. Vous trouverez à Husum une lettre de moi, dans laquelle je Vous ai proposé de venir à Votre rencontre, si Vous le souhaitez. J'espère qu'arrivé sur le Continent Vous ne tarderez pas à m'honorer d'une réponse à cette lettre. S i le Courier actuel Vous trouve encore à Londres, et s i Vous m'écrivez que Vous y passez l'hiver, soyez sûr, que je Vous écrirai sans cesse, et que j'aurai grand soin de Vous tenir au courant de tout ce qui se passe ici. Agréez en attendant les hommages d'un homme qui attend Votre retour comme une des époques les plus intéressantes de sa vie. Ce 3 Decembre 1803 GentzH: British Library, London. Manuscripts Department, Add. 48401 A, Bl. 34-34v. x Bl., F: ; 2 eighd. beschr. Seiten. D: bisher ungedruckt.