Diese Titel interessierten Sie bereits:

Gentz ; Ivernois, François d'
An François d'Ivernois, Berlin, 18. Januar 1800, 1800

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id4501
Briefaussteller
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Briefempfänger
Ivernois, François d'
AusstellungsortBerlin
Datum18. Januar 1800
DruckorteGentz, Frederic: Essai sur l'état actuel de l'administration des finances et de la richesse nationale de la Grande Bretagne, Londres 1800, III-VI
IncipitAgréez, Monsieur, que je place
BrieftypBriefe von Gentz
Digitalisat: TextAn François d’Ivernois Berlin, 18. Januar 1800 Agréez, Monsieur, que je place à la tête de ce foible essai, un nom si propre à m'assurer l'indulgence du public, et dont l'autorité semble faite pour inspirer aux juges même les plus sévères un préjugé favorable à mon ouvrage. Veuillez en même tems considérer cette démarche comme un juste tribut de reconnoissance que je paye à celui, qui par ses écrits intéressans, et sa correspondance précieuse, m'a si puissamment soutenu dans la carrière que j'ai osé parcourir. // Il est hardi sans doute pour un étranger d'écrire sur les finances de la Grande-Bretagne: mais j'ai vu de tous côtés tant d'erreurs répandus sur cette importante matière, je l'ai vue défigurée par tant d'idées fausses et extravagantes, que j'ai cru que cette hardiesse ne seroit pas inexcusable. Ce qui n'offrira peut-être aucun résultat nouveau à un Anglois instruit, ou à un homme qu'un long séjour et une étude suivie ont naturalisé parmi les Anglois, ne sera pas sans quelque prix, présenté à un public, pour lequel l'Angleterre, sous le rapport de ses véritables forces, de ses ressources inépuisables, et de la sagesse de son administration, n'est encore, pour ainsi dire, qu'un pays inconnu. La seule partie de cet essai, à laquelle j'ose croire que vous ne refuserez pas un moment d'attention, c'est celle ou j'ai développé quelques principes généraux, dont l'accord parfait avec le sys//tème d'administration de la Grande-Brétagne me paroit être l'éloge le plus brillant qu'on puisse faire de ce système. Si vous rencontrez dans cet ouvrage quelques expressions forcées, ou qui manquent de cette précision dont votre plume auroit su les revêtir, veuillez ne pas perdre de vue, qu'il a été originairement composé dans une langue, qui par son génie particulier offre au traducteur des difficultés presqu'insurmontables, et dont les expressions, sur-tout lorsqu'il s'agit d'objets scientifiques, ne peuvent guères être transmises dans une autre langue, sans perdre plus ou moins ou de leur force ou de leur justesse. Tout imparfait que sera cet essai, il me restera toujours une consolation: elle est dans l'espoir, qu'une des nations les plus respectables de l'Europe daignera accueillir comme un hommage de ma sincère admiration, un travail dans lequel // je eu en vue d'exposer aux yeux des étrangers les bases de sa véritable grandeur; et j'ai cru, qu'en recourant à votre bienveillance, et en me mettant sous vos auspices cet espoir seroit déj`à moitié rempli.Je suis avec les sentimens les plus distingués Monsieur votre très-humble, et très- B e r l i n obéissant serviteur ce 18. Janvier 1800. Gentz. H: nicht ermittelt. D: Gentz, Frederic, Essai sur l'état actuel de l'administration des finances et de la richesse nationale de la Grande Bretagne, Londres 1800, III-VI.