Diese Titel interessierten Sie bereits:

Gentz ; Ivernois, François d'
An François d'Ivernois, Berlin, 7. März 1800, Bibliothèque publique et universitaire, Genf. Département des manuscrits, Ms. suppl. 976, Bl. 179-180 1800

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id3155
Briefaussteller
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Briefempfänger
Ivernois, François d'
AusstellungsortBerlin
Datum7. März 1800
Handschriftl. ÜberlieferungBibliothèque publique et universitaire, Genf. Département des manuscrits, Ms. suppl. 976, Bl. 179-180
Format/Umfang2 Bl., F: 230mm x 189mm; 2 ½ eighd. beschr. Seiten
DruckorteKarmin, Lettres inédites, Nr. VII, 32-33. Sonderpublikation
IncipitVoici la traduction dont je
BrieftypBriefe von Gentz
Digitalisat: TextAn François d'Ivernois Berlin, 7. März 1800 Berlin ce 7 Mars 1800 Monsieur ! Voici la traduction dont je vous ai entretenu dans une de mes dernières lettres. Comme Vous ne m'aviez pas refusé directement l'honneur de la faire paroitre sous vos auspices, j'ai pris la liberté de mettre votre nom à la tête de cet essai. Je vous le présente avec toute la timidité qui convient au sentiment profond que m'inspire le contraste entre la grandeur de l'objet et la foiblesse de mes moyens: mais enfin vous le jugerez avec l'indulgence de l'amitié, et vous accorderez à la bonne intention le suffrage, que vous n'acoorderiez pas au mérite de l'exécution. Je ne saurois vous en dire d'avantage aujourd'hui parce que je n'ai qu'un moment pour profiter de la bonté de Monsieur Garlike qui s'est chargé de vous faire parvenir cette lettre par une occasion extraordinaire. Par la même raison je ne puis vous envoyer qu'un seul exemplaire, me reservant de vous faire passer paz une autre voie ceux que j'avois encore destiné, tant à votre disposition, que pour Monsieur Balan et quelques autres personnes, qui m'ont fait l'honneur de s'intéresser pour moi. Mais ce que je ne puis différer plus lomgtems, // [m'est ce que m'impose mon respect profond pour un des hommes le plus grands, les plus respectables de notre tems, c'est l'objet d'une prière que je vous [adressant] fais en ce moment, et que [le xxx] l'adresse du paquet ci-joint vous expliquera suffisamment. Je sais qu'il étoit impossible de me savoir d'un meilleur interprète de mes sentimens pour Monsieur Pitt, qu'en confiant à votre amitié le soin de lui présenter mon ouvrage et la lettre qui [xxx] l'accompagne; et j'espêre qu'en faveur de cette confiance vous me pardonnerez l'indiscrétion, dont je me rends coupable. J'ai remis à Monsieur Garlike quelques autres exemplaires pour Lord Aukland, Lord Liverpool, Lord Grenville, et Monsieur Rose, qui a eu la bonté de m'envoyer la nouvelle édition de son excellent écrit avec une lettre infiniment flatteuse pour moi. Le prince Auguste d'Angleterre, qui, comme vous savez, habite Berlin depuis quelque tems, et qui me comble de bontés de toute espèce, s'est chargé de faire parvenir ma brochure au roi son père.J'espere que lorsque la communication entre l'angleterre et le continent sera entièrement rétablie, notre correspondance reprendra une plus grande activité, et je jouis d'avance de ce // bonheur. Agréez les sentimens de la considération aussi sincère que distinguée avec la quelle j'ai l'honneur d'être Votre très-humble et très-obéissant serviteur Gentz. P.S. Vous serez peut-être frappé de trouver les mots: L o n d r e s c h e z D e b r e t t à la face de cet ouvrage. C'est que le libraire de Hamburg qui l'a publié, s'est associé avec le libraire anglois et a cru nécessaire de se servir de cette inscription par des motifs mercantiles dans lesquels je n'entre pour rien. H: Bibliothèque publique et universitaire, Genf. Département des manuscrits, Ms. suppl. 976, Bl. 179-180. 2 Bl., F: 230mm x 189mm; 2 ½ eighd. beschr. Seiten. D: Karmin, Otto: Lettres inédites de Frédéric Gentz, Nr. VII, 32-33. Sonderpublikation.