Diese Titel interessierten Sie bereits:

Gentz ; Pelser, Bernard von
An Bernard von Pelser, Wien, 17. Februar 1805, Wienbibliothek im Rathaus, Wien. Handschriftensammlung, Inv.-Nr. 6585 1805

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id2617
Briefaussteller
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Briefempfänger
Pelser, Bernard von
AusstellungsortWien
Datum17. Februar 1805
Handschriftl. ÜberlieferungWienbibliothek im Rathaus, Wien. Handschriftensammlung, Inv.-Nr. 6585
Format/Umfang1 Bl., F: 244mm x 197mm; 1 ½ eighd. beschr. Seiten
IncipitDe malheureuses différences ou plutôt
BrieftypBriefe von Gentz
Digitalisat: TextAn Bernard von Pelser Wien, 17. Februar 1805 De malheureuses différences ou plutôt n u a n c e s d'opinion nous ont séparés, Mon respectable ami ! Mais il est impossible que ce soit pour la vie. Combien de fois je pense à tous les charmes qu'avoit pour moi notre liaison, aux services essentiels que Vous m'avez rendus à Londres, aux sentimens d'estime que nous nous étions inspirés réciproquement. Je veux faire une tentative. Je veux Vous demander un service. La confiance que suppose une démarche pareille me montrera peut-être à Vos yeux digne de regagner Vos affections. Il paroit depuis quelque tems en Angleterre un Journal littéraire, qui Vous est certainement connu, et qui s'appelle: T h e E d i n b u r g R e v i e w; on le publie en cahiers de trois à trois mois; il doit en exister maintenant 9 ou 10. Je suis extrêmement intéressé à posséder ce Journal le p l u t ô t p o s s i b l e; je me suis adressé à plusieurs personnes pour cet effet; mais je n'ai pas réussi. Faites-moi la grace de me procurer un exemplaire complet de ce Journal; mettez cet exemplaire sous mon adresse, et [xxx] - à moins que le Comte Stahremberg ne veuille en charger un Courier qui partiroit d a n s p e u - envoyez-le à l'adresse que Vous donnera le porteur de cette lettre; c'est par-là que je le recevrai sans délai. // Veuillez aussi m'indiquer le prix, que je Vous rembourserai incessamment; écrivez-moi quelques lignes; comment seroit-il possible que vous m'eussiez abandonné à-tout-jamais. - Si Vous me donnez le moindre signe-de-vie, je rentrerai tout-de-suite dans l'agréable carrière de notre correspondance; et [si] pour peu qu'un sort plus propice m'en fournisse l'occasion, je m'empresserai de Vous prouver les sentimens distingués et invariables avec lesquels je n'ai jamais cessé d'être, Votre très-humble et très-dévoué serviteur Vienne Ce 17 Fevrier 1805. Gentz. H: Wiener Stadt- und Landesbibliothek, Wien. Handschriftensammlung, Inv.-Nr. 6585. 1 Bl., F: 244mm x 197mm; 1 ½ eighd. beschr. Seiten. D: bisher ungedruckt.