These titles were already interesting to you:

Gentz ; Bellio oder Rasty
An Bellio oder Rasty, Wien, 30. Dezember 1812, HHStA, Wien. Staatskanzlei, Interiora 95, Faszikel: "1812: Gentz: Caradja", Bl. 2-2v 1812

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id1705
Issuer of letter
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Addressee of letter
Bellio oder Rasty
LocationWien
Date30. Dezember 1812
Handwritten recordHHStA, Wien. Staatskanzlei, Interiora 95, Faszikel: "1812: Gentz: Caradja", Bl. 2-2v
Size/Extent of item2 eighd. beschr. Seiten
IncipitJ'ai différé, Mon bon Ami
Type of letterBriefe von Gentz
Digital item: TextAn Bellio oder Rasty Wien, 30. Dezember 1812 Vienne Ce 30 Decembre 1812. J'ai différé, Mon bon Ami, de Vous donner de mes nouvelles, parce que j'ignorois où il falloit Vous les adresser. Je Vous avoue même que Votre silence m'avoit inspiré d'autant plus d'inquiétude, que Votre dernière du 2 Novembre m'avoit laissé incertain sur les progrès de Votre rétablissement. Graces à Monsieur Votre beau frère je sais aujourd'hui non seulement que Vous êtes de retour à Bucarest, mais aussi que Vous commencez à Vous remettre. Vous ne douterez point de la satisfaction que cette nouvelle m'a causée. Elle est proportionnée à l'intérèt sincère que je prends à tout ce qui Vous regarde. Mais Vous voilà à peine établi dans Votre ancienne résidence, que j'ai déjà recours à Votre amitié. Il s'agit de consigner en mains propres de Son Altesse le Prince Caradja la lettre ci-jointe. J'espère que Vous voudrez bien Vous charger de cette commission. Il suffit de Vous dire, que l'objet // dont il est question dans cette lettre, est pour moi d'un intérèt majeur. Si Son Altesse jugeoit à-propos de Vous entretenir sur mon compte, je suis assuré d'avance, que Vous ne me refuserez pas Vos bons offices. Vous me connoissez d'ancienne date; je n'ai pas besoin de m'étendre d'avantage. Mais quittez donc enfin cette paresse que Vous semblez avoir contractée en Transsylvanie. Est-ce l'air des Carpathes, les agrémens de la société ou bien des recherches savantes sur Decebale et Sarmi-Segethuse, qui Vous ont tant fait négliger Vos amis ? - Je me flatte que revenu dans Votre assiètte Vous serez plus exact à m'écrire, et que Vous voudrez bien être toujours également persuadé des sentimens que Vous portera pour la vie Votre très-dévoué Gentz. H: HHStA, Wien. Staatskanzlei, Interiora 95, Fasz.: "1812: Gentz: Caradja", Bl. 2-2v. x Bl., F: ; 2 eighd. beschr. Seiten. D: bisher ungedruckt