Diese Titel interessierten Sie bereits:

Gentz ; Rasty, Constantin von
An Constantin von Rasty, Wien, 11. März 1814, HHStA, Wien. Nachlass Gentz, Karton 9, Faszikel 25/1, ohne Paginierung 1814

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id3621
Briefaussteller
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Briefempfänger
Rasty, Constantin von
AusstellungsortWien
Datum11. März 1814
Handschriftl. ÜberlieferungHHStA, Wien. Nachlass Gentz, Karton 9, Faszikel 25/1, ohne Paginierung
Format/Umfang6 ¼ eighd. halbbrüchig beschr. Seiten
DruckorteOesterreichs Theilnahme, Nr. XXX, 288 (tlw.)
IncipitMon Nro. 19 parti par une occasion
BrieftypBriefe von Gentz
Digitalisat: TextAn Constantin von Rasty Wien, 11. März 1814 Konzept Nr. 20. Vienne Ce 11 Mars. 1814. A Monsieur de Rasty a B u c a r e s t. Abgegangen eodem Mon Nro. 19 parti par une occasion particuliere, doit Vous [être] parvenir à-peu-près en même tems avec la présente, ou au-moins immédiatement après. Vous y trouverez la clef de beaucoup de choses essentiellement liées aux derniers évènemens. [Les] Depuis mon rapport Nr. 18 les affaires se sont de nouveau extrêmement compliquées. Les conférences de Chatillon, sans être rompues, sont devenues stationnaires, l'Empereur Napoléon ayant fait annoncer, qu'avant le 10 de ce mois il ne pouvoit pas donner de réponse catégorique, au dernier projet des Alliés, considéré comme leur Ultimatum. // Les négociations pour l'armistice n'ont pas eu plus de succès; et depuis les derniers jours de Fevrier, l'aspect des choses a été tel, qu'au lieu d'un dénoument prochain, [ont] <c'étoit> plutôt, à ce qui paroit un nouvel acte de la guerre qui se préparoit. Nos nouvelles d'hier alloient jusqu'au 3 de ce mois; aujourdhui il n'est pas arrivé encore de Courier. Voici quelle étoit en peu de mots la position militaire au départ de celui du 3. Après le combat brillant du 27 à B a r - s u r - A u b e, le quartier-général du Prince S c h w a r t z e n b e r g ètoit resté à C o l o m b e y. Le Prince s'étant bientôt remis de sa confusion fut le 2 lui-même à C h a u m o n t, où les trois Souverains se trouvoient toujours réunis. Il étoit décidé qu'il se porteroit en-avant le // lendemain; et on savoit le 3 à Chaumont, que ses avant-postes étoient à M o n t i é r a m é, et que son armée iroit probablement ce jour là jusques tout près de T r o y e s. Le Prince S c h w a r t z e n b e r g a au-reste détaché dans les derniers jours un corps considérable, - on l'évalue á 30,000 hommes sous les Généraux B i a n c h i, L o u i s L i c h t e n s t e i n, Prince P h i l i p p e de H e s s e etc. sur D i j o n, attendu que les forces Françaises, réunies sous le Maréchal A n g e r e a u près de L y o n, [xxx] pouvoient inquiéter le flanc gauche et les derrières de l'armée alliée et rendoient indispensables des mesures [de] d'observation et de précaution. En attendant le Maréchal B l ü c h e r après sa réunion avec les // corps de B ü l o w et W i n t z i n g e r o d e, qui avoient marché par L a o n sur S o i s s o n s, s'étoit encore une fois avancé sur P a r i s. Un Aide-de-Camp du Prince S c h w a r t z e n b e r g le laissa le 1 au soir dans le voisinage de M e a u x; ce même officier croit avoir entendu une forte cannonade [xxx] le 2, qu'il place entre M e a u x et C l a y e s. L'assertion d'un petit bulletin Russe qui a paru sur l'affaire de B a r - s u r - A u b e du 27, que l'armèe de B l ü c h e r se montoit à 200,000 hommes, est évidemment fausse; celle des bulletins Autrichiens qui la porte à 130,000 pourroit bien encore être exagéree; il faut cependant que B l ü c h e r se sente bien fort, pour entreprendre de nouveau une expédition aussi pé//rilleuse et aussi décisive que celle dans laquelle nous le savons engagé. Cette expédition se fait sur la rive droite de la M a r n e; par consequent, comme un seul coup-d'oeil sur la carte Vous prouvera, à une si grande distance des positions du Prince S c h w a r t z e n b e r g, que celui-ci, en supposant même qu'aucune autre considération ne le retienne en deça de la S e i n e, n'auroit jamais le tems d'assister le Maréchal B l ü c h e r [xxx] en cas de revers. Il paroit indubitable que N a p o l e o n a marché contre B l ü c h e r avec le gros de son armée; et on attend avec la plus grande impatience les premières nouvelles, qui èclaireront les suites de ce mouvement. // Post-Scriptum: Au moment du départ de la poste arrivent les lettres de Chaumont du 4. L'armée du Prince S c h w a r t z e n b e r g étoit le 3 au soir au pont de la G u i l l o t i è r e à une quart-d' heure de T r o y e s. On s'étoit battu toute la journée, mais l'ennemi avoit èté repoussé avec une perte de 11 pièces de canon et 700 Chevaux. - B l ü c h e r doit avoir gagné deux ou trois marches sur l'Empereur Napolèon, qui, n'ayant été le 28 qu'à A r c i s - s u r - A u b e, ne peut [xxx] guères avoir atteint la rive droite de la M a r n e avant le 3. Le Général B e n k e n d o r f f, arrivée à [Chaumont] C h a u m o n t, et qui prétend avoir vu marcher toute l'armée // de Napoléon, ne lui suppose que 50,000 hommes tout-au-plus. On étoit à C h a u m o n t dans les grandes espérances au moment du départ de ce courier. H: HHStA, Wien. Gentz-Nachlaß, Karton 9, Fasz. 25/1, ohne Paginierung.x Bl., F: ; 6 ¼ eighd. halbbr. beschr. Seiten. D: Oesterreichs Theilnahme, Nr. XXX, 288 (tlw.).