Diese Titel interessierten Sie bereits:

Gentz ; Rasty, Constantin von
An Constantin von Rasty, Wien, 8. April 1814A, HHStA, Wien. Nachlass Gentz, Signatur [?] 1814

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id1855
Briefaussteller
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Briefempfänger
Rasty, Constantin von
AusstellungsortWien
Datum8. April 1814
Handschriftl. ÜberlieferungHHStA, Wien. Nachlass Gentz, Signatur [?]
Format/Umfang3 ½ eighd. beschr. Seiten
DruckorteOesterreichs Theilnahme, Nr. XXVI, 200-201
IncipitLa résidence de l'Empereur d'Autriche
BrieftypBriefe von Gentz
Digitalisat: TextAn Constantin von Rasty Wien, 8. April 1814 Konzept 4. 27. Vienne Ce 8 April 1814. A Monsieur de Rasty à Bukarest. Expedié eodem La résidence de l'Empereur d'Autriche est toujours à D i j o n. Le dernier Courier en [étoit ] est parti le 2 de ce mois. On [n'y avoit encore] y étoit alors sans nouvelles directes [xxx] du Prince S c h w a r t z e n b e r g; ce qui se conçoit aisément, lorsqu'on pense que l'armée de Napoléon, est toujours placée entre l' A u b e et la S e i n e, [et] <de sorte> que les couriers du coté de P a r i s et de C h â l o n s doivent faire un assez long détour pour arriver à D i j o n. On savoit au-reste que Napoléon étoit encore le 31 à T r o y e s; ce qui paroit prouver, qu'il n'avoit entrepris meme opération [dangereuse] <sérieuse>, pour couvrir la Capitale contre le danger imminent, qui la menaçoit. // Une Princesse R a d z i w i l l, partie de Paris le 29, a assurè à Dijon que ce jour là [le Maréchal B l ü c h e r] une partie de l'armée Alliée se trouvoit á S t. D e n y s, qu'on traitoit d'une capitulation, que le lendemain les Alliés devoient entrer à Paris, que l'Impératrice s'étoit rendue à Ramboiellet ppp. Quoique tout cela ne soit fondè, que sur un avis privé, et des bruits peut-être inexacts, la chose a en elle-même un grand dégré de probabilité; car aucune force suffisante ne pouvoit plus s'opposer une progrès des Alliés. Quant à la situation de Napoléon, on en a des renseignemens [xxx] remarquables, par une source dont l'authenticité ne sauroit être contesté. Le Baron de W e s s e n b e r g // <ci-devant> Ministre d'Autriche à Londres, où il vient d'être remplacé par le Général M e r v e l d, en revenant d'Angleterre, et passant par la France, pour se rendre au quartier-Général de l'Empereur, [est tombé] a été attaqué entre N e u f c h a t e a u et C h a u m o n t par des paysans armés, et après avoir èté depouillé de tous ses effets, conduit chez l'Empereur N a p o l è o n à S t. D i z i e r, et retenu par lui jusqu'au 29, où il l'a renvoyé de B a r - s u r- A u b e à D i j o n, après avoir eu avec lui les [conversations] <entretiens> les plus suivis et les plus intéressants. Je sais, que dans ces entretiens Napoleon est enfin franchement convenu [xxx] même de l'état déplorable de ses affaires, qu'il a parlè de sa chute prochaine et [du impossibilité de // le prévenir] du peu de vraisemblance qui lui restoit de la prévenir, et qu'il a [parti de] <désigné> l'Empereur d'Autriche comme [du] <son seul et> dernier appui. [sans lequel il pouvoit compter]. Ce fait acheve le tableau que je Vous ai présenté dans mon dernier rapport, et Vous laissera peu de doute sur la nature et la proximité du dénoûment. H: HHStA, Wien. Nachlaß Gentz x Bl., F: ; 3 ½ eighd. beschr. Seiten. D: Oesterreichs Theilnahme, Nr. XXVI, 200-201.