These titles were already interesting to you:

Gentz ; Apponyi, Antal Graf
An Antal Graf Apponyi, Wien, 5. April 1829, Ungarische Nationalbibliothek, Budapest. Handschriftenabteilung, Fond II/172 1829

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id123
Issuer of letter
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Addressee of letter
Apponyi, Antal Graf
LocationWien
Date5. April 1829
Handwritten recordUngarische Nationalbibliothek, Budapest. Handschriftenabteilung, Fond II/172
Size/Extent of item2 Bl., F: 227mm x 184mm; 3 ½ eighd. beschr. Seiten
IncipitMonsieur le Comte ! Je m'adresse
Type of letterBriefe von Gentz
Digital item: TextAn Antal Graf Apponyi Wien, 5. April 1829 Vienne Ce 5 Avril 1829 Monsieur le Comte ! Je m'adresse à Votre Excellence dans une affaire qui a des droits incontestables à la protection de notre Gouvernement, et qui en outre me tient fort à coeur, par rapport aux personnes qui y sont intéressées. La Baron Meitani Chef d'une maison de commerce à Livourne, frere du Banquier Meitani à Bucarest, sujet Autrichien adoptif, a été crée, il y a cinq ans, [Bucarest] ainsi que son frère, Barons Autrichiens. L'Empereur leur a conféré cette distinction, pour les recompenser des nombreux services qu'ils avoient rendus à d'autres sujets Autrichiens, et de l'attachement qu'ils avoient manifesté dans beaucoup d'occasion pour les intérèts de la Monarchie. Malgré les entraves et les embarras de toute espèce, auxquels la funeste occupation des Principautés par les Russes, ont assujeté ces malheureux pays, l'ainé des Meitanini n'a cessé de nous // être utile par la correspondance qu'il a entretenue avec nos autorités dans les provinces limitrophes, et par les avis intéressans que nous avons constamment reçus de lui. Indépendamment des titres que cette famille a acquis à notre bienveillance, le frère cadet, établi à Livourne et se trouvant dans ce moment à Vienne est mon ami dans toute l'étendue du terme, et il n'y a pas de service que je ne me croirois heureux de pouvoir lui rendre. C'est lui, Monsieur le Comte, qui réclame aujourdhui Votre protection. La lettre ci-jointe en copie, adressée au Comte Bombelles par la maison de Livourne me fait croire , que lors de l'arrivée de la présente, Vous aurez déjà été informé par Bombelles de la réclamation dont il s'agit; et si tel n'étoit pas le cas, Vous apprendriez par l'annexe, à quoi elle se rapporte. Cette // réclamation me paroit tout-à-fait juste et légitime. Le batiment, chargé de marchandises innocentes, a été saisi en pleine mer, sans aucune trace de soupçon qu'il ait voulu enfreindre au blocus, sans aucun prétexte, justifiable d'après les principes et les réglemens de droit maritime de la France. A quelque tribunal que l'affaire soit portée, elle ne peut qu'être décidée en faveur du propriétaire Autrichien du batiment et du pavillon Toscan sans lequel il fesoit voile. Toutefois l'intervention de Votre Excellence peut et doit être éminemment utile, pour accélérer l'expédition de cette affaire, et je suis persuadé Monsieur le Comte, que la bonté dont Vous m'avez si souvent honoré, s'étendre dans l'occasion présente sur un homme, que je ne saurois assez Vous recommander. Je confie cette lettre à Rothschild pour ne pas attendre le départ du prochain Courier, lequel, vû l'importance et la richesse de l'expédition arrivée hier, pourroit bien tarder // encore de quatre ou cinq jours. - J'ai lu avec délices les excellentes observations sur la lettre du Grand-Vesir, que Vous avez adressées à ces Messieurs. Quant au résultat du conférences de Londres, on pourroit écrire un volume, pour les analisser et les caractériser; sed his non hic erit locus. Agréez, Monsieur le Comte l'hommage du dévouement bien sincère et inaltérable de Votre très-obéissant serviteur Gentz H: Ungarische Nationalbibliothek, Budapest. Handschriftenabteilung, Fond II / 172. 2 Bl., F: 227mm x 184mm; 3 ½ eighd. beschr. Seiten. D: bisher ungedruckt.