These titles were already interesting to you:

Gentz ; Staël-Holstein, Anne Louise Germaine de
An Anne Louise Germaine de Staël-Holstein, Teplitz, 31. Mai 1808, British Library, London. Manuscripts Department, Egerton-Papers, Eg. 2385, Bl. 4-5v 1808

Gentz digital

Transkriptionsentwurf Günter Herterich

id1079
Issuer of letter
Mashup mit Wikipedia  
Gentz
Addressee of letter
Staël-Holstein, Anne Louise Germaine de
LocationTeplitz
Date31. Mai 1808
Handwritten recordBritish Library, London. Manuscripts Department, Egerton-Papers, Eg. 2385, Bl. 4-5v
Size/Extent of item2 Bl., 4 eighd. beschr. Seiten
IncipitCe qui m'est arrivé par-rapport
Type of letterBriefe von Gentz
Digital item: TextAn Anne Louise Germaine de Staël-Holstein Teplitz, 31. Mai 1808 Ce qui m'est arrivé par-rapport à Vous, Madame, est sans exemple dans toute l'histoire de ma vie. Je Vous ai vue vingt-quatre heures; et le sentiment que j'éprouve depuis Votre départ, paroit appartenir à une liaison de plusieurs années. Ce n'est pas, ou au-moins il s'en faut de beaucoup, que ce soit exclusivement le regret d'être privé de tout ce qu'il y a de richesse, de profondeur, de graces et de charmes dans Votre conversation; il me semble que j'ai perdu quelque-chose de plus encore; car le même que Votre conversation et au-dessus de Vos ouvrages miracle, auquel on ne croit qu'après Vous avoir vue et entendue - il m'a paru qu'il y avoit au fond de Votre ame quelque chose de supérieur encore à Votre conversation; et quelque hardi que cela puisse être, il faut absolument qu'il y ait une certain réalité; puisque je sens, que // je regrette plus profondément Votre personne, que Vos sublimes discours. Vous avez eu, Madame, l'incomparable bonté d'acceuillir [le] mon projet de venir Vous chercher encore une fois dans les environs de Dresde. J'y ai réflechi sans-cesse; et voici, comment il pourroit être exècuté. Vous iriez, ou Vous pretendriez aller de Dresde à K ö n i g s t e i n, pour voir la fameuse forteresse; tous les ètrangers font ordinairement cette promenade. De Königstein on revient diner à P i r n a; et c'est à ce dernier endroit, que je me rendrois le jour, dont nous conviendrions. Je n'ai pas besoin de Vous dire, que Vous pouvez Vous dispenser de Königstein qui est une affaire longue, fatigante, et peu productive pour quelqu'un qui ne se soucie pas de faire connoissance avec un rocher de plus; ainsi Vous iriez directement, et très-commodément, et trèsagréablement á P i r n a; et nous pourrions y passer la moitié d'une journée. Je proposerois pour cet effet // S a m e d i; car il nous faut le tems, que le messager par lequel je Vous expédie cette lettre, puisse arriver une seconde fois á Teplitz, et m'apporter Votre dècision. Sie Vous avez quelqu'autre arangement pour Samedi, daignez remettre le projet á D i m a n c h e ou à tel autre jour que Vous y trouverez propre, je ne voudrois seulement pas, que ce fut avant Samedi. Mais au cas que Vous choisissiez un autre jour, faites les arrangemens nècessaires, comme si Vous ètiez sure de moi. Je tâcherai d'arriver à P i r n a entre midi et [une] 1 heures. - Je Vous supplie, Madame, de faire remettre le plutôt possible Votre réponse à A d a m M ü l l e r, qui me la fera parvenir incessament. Si par quelque fatalité imprévue, Vous ne pouviez pas Vous prêter á l'exécution de mon projet, je Vous prierois de me renvoyer en même tems la manuscrit; mais dans le cas contraire, veuillez plutôt me l'apporter à Pirna. // Vous n'imagineriez jamais, combien le coeur m'a battu pendant que j'ai écrit cette lettre; l'espérance de Vous revoir encore s'est tellement de mon ame, qu'il me semble, que tout mon salut est attaché à la réussite de ce projet. Au-reste - et voilà ce qui me rassure et me rélève - il est impossible, que Vous ne Vous soyiez pas appercue de l'impression que Vous avez faite pour moi; ele est si fort au-delà de toutes les phrases bannales, que ce n'est qu'avec un certain embarras que je Vous offre ici l'hommage du profond et respectueux dévoument, avec lequel je suis, Madame ! Votre très-fidèle serviteur Gentz. H: British Library, London. Manuscript Department, Egerton-Papers, Eg. 2385, Bl. 4-5v. 2 Bl., F: ; 4 eighd. beschr. Seiten. D: bisher ungedruckt.